Focus collection • André Derain, Paysages méridionaux

Type d'article
Collections
André Derain, La Route, 1932
André Derain
La Route, 1932
Musée de l'Orangerie
© RMN-Grand Palais (Musée de l'Orangerie) / Hervé Lewandowski

Influencé par les grands maîtres, André Derain (1880-1954) se retourne vers une production plus classique durant l’entre-guerre. Plus qu’un simple « retour à l’ordre », ses paysages de Provence prisés par Paul Guillaume révèlent une réflexion très intense autour de la lumière.

Corps de texte

Présenté du 21 septembre 2022 au 6 mars 2023
Niveau -2

André Derain est le peintre le plus représenté dans la collection du musée de l’Orangerie, avec une trentaine de tableaux. Parmi eux, six paysages produits autour de 1930 rappellent l’attachement de l’artiste avec la nature qu’il peint constamment depuis ses débuts fauves. Avec plus de deux cents toiles de paysage peints dans cette période, quasiment tous passés par les mains de Paul Guillaume, cet échantillon est révélateur du travail de Derain.

, Derain, André
André Derain (1880-1954)
La Route, en 1932
Musée de l'Orangerie
ADAGP, Paris 2021 © RMN-Grand Palais (Musée de l'Orangerie) / Hervé Lewandowski
Voir la notice de l'œuvre

Les six toiles de cette présentation sont accompagnées de documents qui témoignent à la fois du rapport de Derain avec la peinture classique (Poussin, Courbet, Corot, Cézanne), de son statut artistique légendaire mais controversé, de sa relation avec le marchand Paul Guillaume ainsi que de ses recherches plus théoriques sur la nature de l’art.