À partir du vendredi 30 octobre, en application des directives gouvernementales, le musée de l'Orangerie restera fermé jusqu’à nouvel ordre. Nous vous remercions pour votre compréhension et vous tiendrons informés dès que possible de la réouverture et de la reprise de notre programmation.

Quo vadis ?

Dans les années précédant la Grande Guerre, Giorgio de Chirico "rêvait" l’antiquité. À la même époque, les réalisateurs du cinéma italien la réinventaient, multipliant les films à grands spectacles, imposant le genre péplum au monde entier. Éruptions du Vésuve et de l’Etna, Néron brûlant Rome, Dante aux enfers, jeux du cirque et martyres des premiers chrétiens ont enflammé le public des salles obscures. Ce cycle, en écho à l'exposition Giorgio de Chirico. La peinture métaphysique, propose quatre chefs-d’oeuvre de l’âge d’or du cinéma transalpin tournés entre 1911 et 1914.


QUO VADIS ?
Italie, 1913, 2h
Réalisation : Enrico Guazzoni
Scénario : Enrico Guazzoni d’après le roman d’Henri Sienkiewicz
Avec Amleto Novelli, Gustavo Serena, Carlo Cattaneo…

"Incendie de Rome, chrétiens jetés aux lions, torches humaines dans les jardins impériaux, banquets romains, rien ne fut ménagé. Un Néron cauteleux, un Pétrone couronné de roses qui s’ouvrait les veines […] furent universellement admirés et le film fut partout salué comme une grande oeuvre d’art." Georges Sadoul, critique et historien du cinéma.
Quo vadis ? dépeint le grand incendie de Rome par Néron au Ier siècle, ainsi que les persécutions que subirent les chrétiens. Le titre évoque la question qu’aurait posée l’apôtre Pierre fuyant Rome et rencontrant Jésus-Christ portant sa croix : "Quo vadis, Domine ?" ("Où vas-tu, Seigneur ?").