Thursday, December 12, 2019
Due to the national strike, the opening of the museum is uncertain.
Please accept our apology for the inconvenience.

Dance among the Water Lilies: Dominique Brun and Sylvain Prunenec

Monday 3 December 2018, 7pm and 8.30pm

Pearls don’t define the necklace, a duo of Dominique Brun and Sylvain Prunenec
Choreography and performance: Dominique Brun and Sylvain Prunenec

For this piece performed by Dominique Brun and Sylvain Prunenec, the two dancers-choreographers enhance their work with questions of memory and its interpretation, and offer some precious and emblematic fragments: pearls of their respective experiences, seminal moments of modernity in dance: Trisha Brown, Dominique Bagouet, Odile Duboc, Deborah Hay, Vaslav Nijinsky, Stéphane Mallarmé, Mary Wigman...

les_perles_ne_font_pas_le_colier_-credit_melanie_pottier.jpg

Dominique Brun and Sylvain Prunenec, photo © Mélanie Pottier

Dominique Brun

Danseuse, chorégraphe, pédagogue et notatrice en système Laban, Dominique Brun danse avec Jean Gaudin, Daniel Larrieu, José Caseneuve, Michèle Ettori, Michel Gérardin, Virginie Mirbeau et aujourd’hui avec Sylvain Prunenec. Au sein du collectif La Salamandre, elle obtient le 3e prix au concours international de Bagnolet avec Waka Jawaka (1985). Elle est conseillère en chorégraphie auprès de Klaus Michaël Gruber pour La Cenerentola de Rossini (1981). Elle est co-fondatrice d’un collectif de danseurs, le Quatuor Albrecht Knust (1994-2003), avec lequel elle travaille à la recréation de danses du répertoire historique, à partir de partitions établies en système Laban. Après la dissolution du Quatuor, elle crée alors Siléo (2004) à partir d’un texte de Wajdi Mouawad et de danses de l’entre-deux guerres (Valeska Gert, Kurt Jooss, Dore Hoyer, Doris Humphrey, Mary Wigman). Elle dirige Le Faune – un film ou la fabrique de l’archive, un DVD pédagogique réunissant deux versions filmées de L’Après-midi d’un faune de Vaslav Nijinski et de nombreux documents apportant un éclairage pluridisciplinaire sur l’œuvre. Elle signe avec et pour Virginie Mirbeau, Medea Stimmen pour la 3ème édition du festival "Météores" du Havre. Elle recrée pour la 62e édition du festival  d’Avignon L’Après-midi d’un faune dans Faune(s) d’Olivier Dubois. Elle fabrique avec Latifa Laâbissi, une version lente de La danse de la sorcière de Mary Wigman (2009) pour l’ouverture du Musée de danse de Boris Charmatz à Rennes. Sur l’invitation de ce dernier, elle participe à la manifestation 20 danseurs pour le XXe siècle conçue pour l’Opéra de Paris. Elle reconstitue pour le film Coco Chanel & Stravinsky de Jan Kounen (2010) des extraits de la danse du Sacre du printemps de Nijinski (1913), à partir d’archives de l’époque, puis chorégraphie successivement une création Sacre # 197 (2012) et une reconstitution historique Sacre # 2 (2014) qu’elle réunit dans un diptyque qui rassemble 30 danseurs contemporains. La création de Jeux, trois études pour sept petits paysages aveugles, conclura ce cycle de créations consacré à l’œuvre de Vaslav Nijinski.


Sylvain Prunenec

Formé au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris puis auprès de Ruth Barnes, Sylvain Prunenec a été interprète pour Odile Duboc, Dominique Bagouet, Hervé Robbe, Trisha Brown, Boris Charmatz, Loïc Touzé et Dominique Brun. Au sein de sa compagnie, l’Association du 48, créée en 1995, et dont il partage la direction artistique avec Dominique Brun depuis 2014, il conçoit des projets chorégraphiques ouverts à des collaborations avec d’autres artistes : musiciens, plasticiens ou poètes.
Il a crée plus d’une quinzaine de pièces (solo, duo, pièces de groupe) dont une pièce jeune public, Précis de camouflage, en 2013.
Il a été accompagné en résidence par le Forum de Blanc-Mesnil, le Théâtre de Vanves, la Communauté d’Agglomération de Marne et Gondoire et débute en janvier 2015 une résidence à Paris Réseau Danse. Sa dernière création s’intitule Vos Jours et Vos Heures, une pièce de groupe inspirée du roman Les Vagues de Virginia Woolf créée aux Rencontres Chorégraphiques Internationales de Seine-Saint-Denis.
Sa prochaine création est un duo avec Tatiana Julien intitulé Zugunruhe, état d’agitation avant la migration qui sera créé le 20 janvier 2017 à l’Atelier de Paris – Carolyn Carlson (création dans le cadre de Paris Réseau Danse. Depuis le début de l’année 2018, il développe un projet chorégraphique pour longues distances intitulé 48e parallèle au cours duquel il traversera le continent européen par moyens terrestres de la pointe du Raz en Bretagne à la mer Okhotsk en Sibérie avec comme seul moyen de rencontrer l’autre et le monde : danser.