Retour page d'accueil Musée de l’Orangerie - RMN

Le "classicisme moderne" : Matisse, Derain et Picasso

 

  

Les Trois Sœurs


Henri MATISSE (1869 – 1954)
1916 - 1917
huile sur toile
RF 1963 - 63
© Succession H. Matisse

Trois jeunes femmes brunes nous font face, deux nous regardent, la troisième est plongée dans sa lecture… Le fond neutre, aux tonalités dégressives, fait ressortir par contraste la tunique rose à gauche et la blouse fleurie à droite.
Matisse a plusieurs fois réuni Laurette, un modèle italien qui posa fréquemment pour lui en 1916 et 1917, à d'autres modèles, parmi lesquels, peut-être, sa jeune sœur. La répartition pyramidale, la position frontale des figures et les contours nettement tracés témoignent d’une composition stricte. Pourtant, les attitudes détendues, le modelé à peine marqué mais cependant présent, les gestes des mains, qui créent un subtil lien de connivence entre les modèles, annoncent une période plus hédoniste de Matisse celle qui commence précisément en 1917 et que l’on appellera sa Période niçoise.
La référence à Manet est ici explicite. Elle est d'ailleurs revendiquée par Matisse, et on ne peut s'empêcher de penser au tableau Le Balcon, tant dans les positions des personnages que dans l’inexpressivité des visages et le choix des coloris. Mais d'autres références s'y mêlent : la verticalité, les grands aplats colorés et l'absence presque complète de modelé rappellent l'estampe japonaise. L'attitude hiératique des figures et le tracé noir du nez et des sourcils renvoient à la peinture des Primitifs italiens du treizième siècle que Matisse a découverts à Sienne en 1907.

 

© Musée de l’Orangerie - RMN

Navigation Retour accueil "Musée de l’Orangerie" Informations pratiques Actualités Un lieu, une histoire Les Nymphéas La Collection Jean Walter et Paul Guillaume