Retour page d'accueil Musée de l’Orangerie - RMN

Le "classicisme moderne" : Matisse, Derain et Picasso

revenir au plan des salles



Salle Matiise, Derain, Picasso
Collection Jean Walter et Paul Guillaume
Paris, musée de l'Orangerie


Au lendemain de la Grande Guerre, la figure humaine, chahutée par les Fauves et comme
pulvérisée par les Cubistes, retrouve ses droits. Réapparaissent aussi le volume et la perspective.
Après l’aventure fauve (1905-1906), Derain s’ouvre aux leçons de Cézanne et de ses Baigneuses,
puis à celles des « maîtres », de Raphaël à Renoir : en témoignent ses figures monumentales des
années 1920 et 1930 (Nu à la cruche). De son côté, Picasso anticipe dès 1906 – et même dès sa
période bleue avec certaines figures robustes comme celles de L’Etreinte – le futur « retour à
l’ordre ».
Lors d’un séjour à Gosol dans les Pyrénées espagnoles où il redécouvre l’art roman, il
abandonne définitivement les personnages très « fin-de-siècle » de ses premières périodes,
auxquels succèdent de puissantes créatures, totems ancrés au sol dans des attitudes toutes
classiques (Les Adolescents). Celles-ci réapparaîtront plus puissantes encore dans les grands nus
des alentours de 1920, où passent des souvenirs de Poussin, d’Ingres et de la sculpture antique.
Quant à l’ancien fauve Matisse, il aborde un tournant dans sa production en s’installant à Nice à
partir de 1918 : ses « odalisques » se souviennent de l’orientalisme d’Ingres, de Delacroix, et plus
récemment de Renoir, à qui il rend plusieurs fois visite. « Matisse convoque avec force tout ce qu’il
sait de la peinture moderne, tout ce qu’il sait de la sienne et tout ce qu’il sait de celle de ses aînés. »
(Dominique Fourcade)

Les années 1920 marquent ainsi un moment de réconciliation entre « avant-garde » et « tradition »,
dont témoignent les accords inattendus qui s’établissent entre plusieurs chefs-d’œuvre de la
collection : la Table de cuisine de Derain, avec ses références aux natures mortes du XVIIe siècle,
utilise une syntaxe plastique proche de celle de la Grande nature morte de Picasso. Le Beau
modèle
de Derain se place sous le patronage explicite de Renoir dont l’influence, écrit Matisse,
« nous sauve de l’abstraction pure en ce qu’elle a de desséchant ». Mais au-delà de l’hommage au
« maître de Cagnes », la plupart des œuvres ici réunies (Nu drapé étendu de Matisse, Femme au
tambourin
de Picasso, …) témoignent de la réappropriation de ce corps humain, et surtout féminin,
qui est au cœur de toute la « grande tradition » depuis l’Antiquité.

 

© Musée de l’Orangerie - RMN

Navigation Retour accueil "Musée de l’Orangerie" Informations pratiques Actualités Un lieu, une histoire Les Nymphéas La Collection Jean Walter et Paul Guillaume