Retour page d'accueil Musée de l’Orangerie - RMN
Chaïm Soutine

 

  

Boeuf et tête de veau


Chaïm SOUTINE (1893-1943)
vers 1923
huile sur toile
RF 1963-86


Cette nature morte est tout à fait originale par sa composition. La tête de veau, démesurément allongée sur la gauche, pendue par un crochet de boucher, est présentée de face. Les taches jaunes sur la tête, sont interrompues par des traînées de rouge et de vert. Quant au boeuf, au lieu d'être présenté, de face, le ventre éviscéré, il est retourné, et c'est le côté droit terminé par l'épaule qui est peint. Les touches de peinture rouge dominent sur les éclaboussures de vert et de jaune posés dans le plus grand désordre. Elles ouvrent la voie à la peinture gestuelle des expressionnistes abstraits américains, comme Wilhem De Kooning.
Soutine a raconté vouloir se défaire de ses angoisses de jeunesse en affrontant pour les peindre le spectacle des boeufs écorchés ou des volailles plumées. Il est probable que ce soit pour se mesurer à Rembrandt qu'il admirait plus que tout autre que Soutine exécute cette série insolite de natures mortes. Une dizaine de pièces de boeuf, entières pour la plupart, s'échelonne sur l'année 1925. L'artiste habitait alors dans la rue du Saint-Gothard, non loin de Montparnasse, un atelier assez spacieux dont il avait aménagé une partie avec une barre portant des clous qui pouvaient recevoir des crochets de boucher où il pendait les quartiers de boeuf à peindre.
En 1925 et 1926 le marché de l'art atteint des sommets et Soutine ne craint pas de choisir des sujets rebutants quitte à heurter ses collectionneurs habituels.

 

© Musée de l'Orangerie / RMN-Grand Palais

NavigationRetour accueil "Musée de l’Orangerie"Informations pratiquesActualitésUn lieu, une histoireLes NymphéasLa Collection Jean Walter et Paul Guillaume