Retour page d'accueil Musée de l’Orangerie - RMN
Le douanier Rousseau

 

  

La Noce


Henri-Julien Félix ROUSSEAU, dit Le Douanier (1844 – 1910)
vers 1905
huile sur toile
RF 1960 - 25

Quelle solennité dans ce portrait de famille vraisemblablement inspiré d’une photographie. Quatre hommes et quatre femmes sont réunis pour un mariage. On ne saurait leur donner d’âge. Seuls les deux aïeux présentent quelques rides et des cheveux blancs. A leurs pieds, un chien monumental et docile est paisiblement assis.

L’ensemble du groupe semble flotter dans les airs. En effet les pieds ne sont visibles chez aucun des personnages qui ne s’inscrivent dans aucun plan précis. Des analyses radiographiques ont montré que la robe de la grand-mère s’allongeait jusqu’au chien. Mais, dans un souci d’équilibre des couleurs, Rousseau a choisi de la raccourcir.

Entre ces deux rangées d’arbres qui font office de lignes de fuite, et derrière lesquels le sol passe à l’ocre, l’espace est des plus resserré. A peine la profondeur est-elle suggéré par les plis de la blouse du grand père qui marquent une cassure à la hauteur du bassin. De même, sa main droite, posée sur un bâton n’indique que très faiblement une horizontale.

Encore une fois chez Rousseau, les blancs et les noirs se répondent. Les blancs marquent essentiellement les verticales : la robe de la mariée est augmentée par le long voile et le bouquet tandis que les teintes claires de l’ensemble des troncs d’arbres et des visages ajoutent à la verticalité. Les noirs se répartissent plus largement sur des horizontales accentuées par le chien, le nœud papillon du grand père et les moustaches, les sourcils et les cheveux des hommes.

 

© Musée de l’Orangerie - RMN

Navigation Retour accueil "Musée de l’Orangerie" Informations pratiques Actualités Un lieu, une histoire Les Nymphéas La Collection Jean Walter et Paul Guillaume