Retour page d'accueil Musée de l’Orangerie - RMN
Paul Gauguin

 

  

Paysage


Paul GAUGUIN (1848-1903)
1901
huile sur toile
RF 1963-107

Ce tableau daté de 1901 représente probablement un paysage de l'île marquisienne d'Hivaoa. Il aurait été peint peu après le départ de Gauguin de Tahiti en septembre 1901 pour les Iles Marquises. Au coeur d'une luxuriante flore équatoriale, un groupe de minuscules personnages semblent perdus dans la végétation. A l'arrière plan, une maison blanche se dissimule derrière les arbres. Trois enfants cheminent derrière un homme vêtu de noir qui semble être un prêtre missionnaire. L'oeuvre a d'ailleurs été intitulée autrefois : "Le Curé et les enfants". A son arrivée sur l'Ile, Gauguin cherche à obtenir de l'évêque Martin qu'il lui vende un terrain près de la mission catholique d'Atuona afin d'y bâtir sa maison. Pour s'attirer les bonnes grâces du prélat, le peintre assiste régulièrement à la messe. Gauguin obtient finalement de la mission un demi-hectare au centre du village où il commence à construire sa case la célèbre "Maison du Jouir". Dans ces paysages, Gauguin exalte avant tout la beauté d'une nature encore sauvage comme il l'avait déjà fait à son arrivée à la Martinique, en Bretagne ou à Tahiti. Les formes stylisées, la composition par plans superposés qui annihile la perspective, la modulation en plusieurs tons de vert par de longues touches hachurées des arbres et de la prairie au centre de la composition sont typiques des paysages des dernières années de Gauguin. En revanche, la facture plus large et plus molle du ciel et de toute la périphérie de la toile permet de douter de l'attribution à Gauguin de ce paysage. Cependant de nombreux tableaux des Marquises présentent de telles faiblesses de facture qui peuvent s'expliquer par la santé chancelante du peintre. D'autre part des études scientifiques effectuées au Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France ont révélé des traces d'agrandissement de la toile. La signature est également mise en doute par les spécialistes. Il est possible que ce tableau laissé inachevé à la mort de l'artiste ait été complété et signé par une main étrangère.

 

© Musée de l’Orangerie - RMN

NavigationRetour accueil "Musée de l’Orangerie"Informations pratiquesActualitésUn lieu, une histoireLes NymphéasLa Collection Jean Walter et Paul Guillaume