Retour page d'accueil Musée de l’Orangerie - RMN
Paul Cézanne

 

  

Fruits, serviette et boîte à lait


Paul CÉZANNE (1839-1906)
1880-1881
Huile sur toile
H. 60 ; L. 73
RF 1960-10

La nature morte ne groupant que quelques objets familiers, disposés sur une table ou un coffre, a servi à Cézanne de support à des variations innombrables. Travailleur lent, le peintre trouvait dans ces fruits et ces ustensiles des modèles dociles, aux formes simples et quasi géométriques. La façon dont les objets sont rabattus sur le coffre, selon un système perspectif neuf, si elle ne nous surprend pas aujourd'hui, était à l’époque tout à fait choquante. Le couvercle du coffre aurait dû former avec le mur un angle de 90 degrés, et les pommes se placer les unes derrière les autres et non pas s'étager les unes au-dessus des autres. Les deux extrémités du bord postérieur du coffre ne sont pas dans le prolongement l'une de l'autre.
Cependant, si la disposition des objets subit une distorsion considérable par rapport aux règles de la perspective traditionnelle, leur forme reste toujours, selon ces règles, exacte, et modelée avec soin. Cézanne réalise un équilibre extraordinaire entre la rigueur de la construction et le sentiment de la présence des objets les plus humbles. Ainsi confiait-t-il au poète et critique d'art Joachim Gasquet : "On croit qu'un sucrier ça n'a pas une physionomie, une âme. Mais ça change tous les jours aussi […]. Ces verres, ces assiettes, ça se parle entre eux. Des confidences interminables… Les fleurs, j'y ai renoncé. Elles se fanent tout de suite. Les fruits sont plus fidèles. Ils aiment qu'on fasse leur portrait. Ils sont là comme à vous demander pardon de se décolorer."

 

© Musée de l'Orangerie / RMN-Grand Palais

NavigationRetour accueil "Musée de l’Orangerie"Informations pratiquesActualitésUn lieu, une histoireLes NymphéasLa Collection Jean Walter et Paul Guillaume