Retour page d'accueil Musée de l’Orangerie - RMN
André Derain

 

  

Portrait de Madame Paul Guillaume au grand chapeau


André DERAIN (1880 – 1954)
vers 1928 - 1929
huile sur toile
RF 1960 - 36
© ADAGP, Paris 2006

Quand Derain fait le portrait de Paul Guillaume, il utilise une gamme de couleurs froides et met en scène la tension du modèle. Avec le portrait de Madame Guillaume, les tons chauds de beiges, d’ocres et de bruns rouges, développent leurs tonalités dans l’espace de la toile et les accessoires utilisés sont caractéristiques du portrait mondain.
Une profusion de draperies enrichit le portrait : une étole passée sur le corsage décolleté, une tenture au second plan et une étoffe qui recouvre les bras du fauteuil. Toute cette matière souple et fluide est traitée avec une palette allant du blanc au brun le plus foncé. Le visage abrité de la lumière par la grande capeline est peint à la manière des visages classiques du XVIII éme siècle. Une pointe de blanc illumine les deux pupilles, l’arête du nez, la lèvre inférieure et les boucles d’oreille. Le bras dans l’ombre est traité comme les tissus, d’une touche plus large. En revanche, la carnation du bras à gauche du tableau et du décolleté est rendue par une pinceau vibrant et mousseux.
Ce portrait a été réalisé durant l’hiver 1928-1929 dans la maison que Derain venait de se faire construire près du Parc Montsouris. Domenica, mariée à Paul Guillaume en 1920, venait d’avoir trente et un ans. Après la mort de Paul Guillaume en 1934, elle prend soin de la collection et, en 1941, elle épouse Jean Walter, architecte et industriel. C’est sous le nom de son second mari qu’elle sera conduite à céder la collection à l’Etat.

 

 

© Musée de l’Orangerie - RMN

Navigation Retour accueil "Musée de l’Orangerie" Informations pratiques Actualités Un lieu, une histoire Les Nymphéas La Collection Jean Walter et Paul Guillaume