Retour page d'accueil Musée de l’Orangerie - RMN
André Derain

 

  

La table de cuisine


André DERAIN (1880-1954)
1925
Huile sur toile
RF 1960-38
© ADAGP, Paris 2006

Les ustensiles de cuisine sont posés sur la table d'une maison de vacances d'été, prêts à devenir une nature morte. C'est pour André Derain un exercice de style digne d'une composition du Grand siècle. L'unité est rendue par la couleur qui se développe du brun le plus sombre à un blanc cassé sans admettre de tons imprévus. Sous un désordre apparent, les objets sont minutieusement distribués. Les objets ronds surplombent la poêle posée au centre de la table. Le spectateur se tient légèrement au-dessus de la table saisissant de la sorte l'intérieur des plats creux. Plus près de lui, les objets longs jouent de même avec le plein et le vide qui caractérisent leurs formes. Le panier à salade, en déséquilibre sur les assiettes crée une ligne de rupture du bel ordre établi. Il est tout aussi possible que sur la droite de la table, le grill rectangulaire et le linge qui pend en bas à gauche soient là pour faire diversion et éviter que ne s'installe une sensation de monotonie. De telles natures mortes aussi construites, traduisent de la part de Derain une réflexion récurrente sur le but même de la peinture et participent à des recherches identiques à celles que mène l'artiste lorsqu'il peint des modèles en espérant découvrir le mystère caché derrière les formes. Les compositions de La gibecière, de La nature morte champêtre, de Melon et fruits ou de Nature morte au verre de vin , autres natures mortes présentées à proximité, participent de cette démarche.

 

© Musée de l'Orangerie / RMN-Grand Palais

NavigationRetour accueil "Musée de l’Orangerie"Informations pratiquesActualitésUn lieu, une histoireLes NymphéasLa Collection Jean Walter et Paul Guillaume