Retour page d'accueil Musée de l’Orangerie - RMN
André Derain

 

  

Portrait de Paul Guillaume


André DERAIN (1880 – 1954)
vers 1919 - 1920
huile sur toile
RF 1960 - 40
© ADAGP, Paris 2006

Ayant débuté à la veille de la première guerre mondiale, Paul Guillaume devient après l’arrêt du conflit un des premiers galeristes de son époque. Dès 1916, alors que André Derain est au front, Paul Guillaume organise avec la collaboration d’Alice, épouse de l’artiste, une exposition de ses œuvres des années sombres et au traitement influencé par l’art primitif en faveur à Paris.
Au premier regard, un cou fort et peu développé supporte un visage rond aux traits pétrifiés par l’excès de lumière qui en fige l’expression. En revanche, sur un fond délicat de touches brunes horizontales et courtes, le costume et son gilet sont peint avec une grande souplesse. Dans les plis infligés par le corps un peu rond, les tons de bleus adoucis par des taches jaunes, se retrouvent dans le chaton de la bague qu’il porte à sa main gauche. Le bleu des yeux, éclairé mystérieusement d’une pointe de blanc dégage une impression de tristesse. Impassibilité de l’homme d’affaires, à l’allure d’un dandy prenant appui sur ce qui pourrait être un livre de compte, c’est une légère impression de froideur qui se dégage des rapports entre le modèle et l’artiste. Derain ne montra une sympathie immédiate à celui qui allait cependant lui permettre de peindre sans souci jusqu’à la mort du marchand survenu brutalement en 1934.

 

 

© Musée de l’Orangerie - RMN

Navigation Retour accueil "Musée de l’Orangerie" Informations pratiques Actualités Un lieu, une histoire Les Nymphéas La Collection Jean Walter et Paul Guillaume