Le cinéma américain des années 1940-1950

19h : L’avant-garde américaine, 1940-1950

Depuis l’immigration aux U.S.A. de quelques dadaïstes (dont Marcel Duchamp), la réalisation de petits films expérimentaux ne s’est jamais arrêtée aux États-Unis.
L'apparition, sur la scène intellectuelle de la côte ouest, de Maya Deren et de plusieurs de ses contemporains va donner naissance à une nouvelle école cinématographique.
Classés par certains historiens comme des "surréalistes américains", ces réalisateurs se placent plus dans la lignée de Cocteau que de Breton. Un cinéma plus expérimental que d’avant-garde.

The Pursuit of Happiness de Rudy Burckhardt (1940)
Durée : 8'34

Moods of the sea de John Hofmann et Slavko Vorkapich (1940-1942)
Durée : 9’56

Sredni Vashtar by Saki de David Bradley (1940-1943)
Durée : 11’02

Meshes of the Afternoon de Maya Deren (1943)
Durée : 14’27

In the street de Helen levitt, James Agee et Janice Loeb (1952)
Durée : 17’09


20h15 : L’abstraction dans le cinéma américain des années 1940-1950

Contrairement à l’abstraction picturale, le cinéma abstrait ne s’est jamais imposé comme un genre à part entière. Aux U.S.A., dès les années 40 et 50, l’abstraction cinématographique se développe pourtant de manière radicale, influencée par les précurseurs allemands (Fishinger, Eggeling). Mais il est difficile de classer le cinéma abstrait souvent assimilé au cinéma expérimental ou au cinéma d’animation.
Des expériences fortes et méconnues qui trouvent encore écho dans la création contemporaine.

Tarentella, Mary de Ellen Bute et Ted Nemeth (1940)
Durée : 4’23

1941 de Francis Lee (1941)
Durée : 4’09

Abstronic de Mary Ellen Bute et Ted Nemeth (1952)
Durée : 5’36

Bells of Atlantis de Ian Ugo, Anaïs Nin et Len Lye (1952-1953)
Durée : 9’13

Gyromorphosis de Hy Hirsch (1954)
Durée : 7’00

Evolution de Jim Davis (1954-1957)
Durée : 8’30

Hurry! Hurry! de Marie Menken (1957)
Durée : 4’51

N.Y., N.Y. de Francis Thomson (1958)
Durée : 15’25