Fête de la musique : Apollinaire solstice

Mardi 21 juin 2016

À l'occasion de la Fête de la Musique, en écho à l’exposition Apollinaire, le regard du poète, Philippe Pigeard, musicien et auteur, présentera Apollinaire solstice, pièce pour 2 voix, machines sonores, souffles et ballon captif, avec Clara de Asís et Laura Vazquez.
Ce sera le jour le plus long de l’année, celui du solstice d’été, le temps d’une surexposition.

Odyssée sonore dans le rêve d’une époque qui inventa l’art moderne, mais aussi la Première Guerre mondiale, Apollinaire solstice est un voyage immobile où l’on croisera Francis Picabia, Marcel Duchamp, Sonia et Robert Delaunay, Jacques Vaché, Arthur Cravan et les autres - un transport dont Apollinaire sera le guide, Vous le reconnaîtrez à l’embarcadère, il tiendra une pancarte "Tout, terriblement".

Un ensemble d’archives et de microfictions, d’indices et de mots d’ordre, disposés sur une structure électroacoustique, augmentée le soir même de machines sonores, de souffles et de ballons captifs.

Philippe Pigeard : "Pour convoquer les esprits de l’époque, avec ce pari fou de remonter le cours des oeuvres, de sourcer les inspirations qui les ont précédées, j’ai prélevé dans des dizaines de documents écrits, filmés, sonores, des gazettes aux revues d’avant-garde, en passant par les catalogues de la Manufacture de cycles et d’armes de Saint-Etienne, des actualités filmées, des témoignages radiophoniques…"

 



Biographies

Philippe Pigeard vit à Paris. Captivé par les figures incandescentes de la littérature comme Antonin Artaud, Roger Gilbert-Leconte ou Joë Bousquet, il songe d’abord à créer une revue qui reprendrait le cours du Grand Jeu. Finalement, ce sera un groupe de rock qu’il va mener comme une revue. En 1995, il fonde le groupe TANGER dont il fait un territoire d'expériences où se mêlent littérature, rock'n'roll, free jazz, érotisme et cinéma. Cinq albums sont publiés entre 1997 et 2008. Il est l’auteur d’un corpus poétique inédit à ce jour, hormis quelques textes confiés aux éditions Derrière la Salle de Bains. En 2010, à l’invitation du Centre international de poésie de Marseille, il réside à Tanger où il questionne ses liens avec la ville du détroit dont le nom a pour un temps éclipsé le sien. En 2013, il publie Je m’appelle une ville. Producteur de musique, il se consacre notamment à la mise en son de la parole littéraire et à l’intégration des outils numériques à l’espace du poème. Depuis 2013, il mène une recherche intitulée La poésie la guerre et s’intéresse plus particulièrement aux poètes de la Grande Guerre. En 2014, à la Maison de la poésie de Paris, il crée Dans le sillage du météore désinvolte, une mise en scène des lettres de guerre de Jacques Vaché, une correpondance dont il dirige la réédition au Seuil, en 2015. En 2016, outre la création d’Apollinaire Solstice au musée de l’Orangerie, il est co-commissaire de l’exposition Écrivains en guerre : nous sommes des machines à oublier qui se tiendra à l’Historial de Péronne, à partir du 28 juin 2016.

Clara de Asís est compositrice de musique électroacoustique et guitariste expérimentale. Née en 1988 en Espagne, elle est basée à Marseille. Motivée par une volonté de dépasser les modes conventionnels de l’approche instrumentale, elle déploie un univers atypique et radicalement personnel qui s’inscrit à l’écart de tout académisme. Sa musique se situe dans la convergence entre composition et improvisation libre. Elle se construit souvent à partir d’éléments minimalistes afin d’explorer une idée dans sa profondeur jusqu’à atteindre son plein développement, tout en générant différents degrés de tension et d’émotion. Les oeuvres de Clara de Asís ont été diffusées sur plusieurs plateformes et radios internationales (France Musique, Radia, webSYNradio, Fukushima! …), et elle s’est également produite sur de nombreuses scènes en France comme à l’étranger (Musiques Actuelles Improvisées, Futura, Reevox, RIAM, Sons de Plateaux, Bludný Kámen, PiedNu…). Son dernier album, Uno todo tres, est sorti en 2016 chez PiedNu.

Laura Vazquez vit à Marseille. Elle publie dans de nombreuses revues, dont Nioques, Doc(k)s, BoXon, iF... Elle fait des lectures dans la vie, en direct et sur Internet. Ses textes À chaque fois, Le système naturel et simplifié et Menace ont été publiés aux éditions Derrière la salle de bains. Son livre La main de la main (prix de la Vocation) est publié chez Cheyne éditeur. Elle co-dirige la revue Muscle, et organise des lectures et des festivals de poésie.