Yvonne et Christine Lerolle au piano

Yvonne et Christine Lerolle au piano

Yvonne et Christine Lerolle étaient les deux filles ainées du peintre et collectionneur Henry Lerolle (1848-1929). Dans ce double portrait, Yvonne est à gauche au piano et Christine à droite tourne les pages de la partition. Les jeunes filles étaient alors âgées de dix-huit et vingt ans. Elles sont représentées dans le salon familial et on peut reconnaître sur le mur deux tableaux d’Edgar Degas (1834-1917) : Avant la course et Danseuses sous un arbre qui faisaient partie de la collection paternelle. La musique tenait une grande place dans la famille Lerolle qui donnait des soirées musicales et recevait régulièrement le compositeur Claude Debussy (1862-1918). Les deux sœurs épousèrent Eugène et Louis Rouart, deux des fils de l’industriel, peintre et collectionneur Henri Rouart. Degas, proche des familles Lerolle et Rouart, fut à l’origine de ces rapprochements.
Renoir était un familier des Lerolle et appréciait particulièrement Christine. Curieusement et sans que l’on sache pourquoi ce tableau ne fit jamais partie de la collection Lerolle, Renoir l’a conservé chez lui jusqu’à sa mort.
Le peintre a exécuté toute une série de dessins préparatoires dans des techniques diverses. La composition de ce tableau a donc été longuement méditée. Renoir a choisi un format en longueur à la différence des Jeunes filles au piano ce qui confère à l’œuvre un caractère plus assis, plus bourgeois. La technique en est plus classique, moins impressionniste. Les contours sont nettement définis, la palette moins éclatante.
Domenica Walter, qui appréciait particulièrement Renoir, était très attachée à ce tableau. Il figurait en bonne place dans la salle à manger de son appartement cossu de la rue du Cirque à Paris.

Provenance : chez Auguste Renoir jusqu’à la mort du peintre ; Knoedler et Bernheim-Jeune ; Bernheim-Jeune seul, 1926 ; collection Rochecouste ; acquis en deux temps par Domenica : d’abord en commun avec Paul Durand-Ruel dans une vente publique de 1937 puis rachat de la part de Paul Durand-Ruel après 1947.