Navire dans la tempête

Navire dans la tempête

Est-ce l'attrait du voyage qui a poussé Rousseau à peindre ce navire ? Toujours est-il que cette traversée n'a rien d'une croisière d'agrément.
Selon Jean-Pierre Labiau : "l'aspect de tôle découpée qui est donné à la mer et le traitement du ciel à la manière d'une toile de fond évoquent les bateaux articulés des stands de fête foraine" (1). Rousseau pourrait aussi s'être inspiré du panorama de l'exposition universelle de 1889.
Le bateau semble être un amalgame de modèles divers. Il a des hublots comme un paquebot et une étrave en éperon comme un cuirassé. Cet amalgame se retrouve dans les bateaux jouets de cette époque. Rousseau a pu en voir ou s'inspirer d'une réclame. La troisième cheminée décalée serait caractéristique du croiseur d'Entrecasteaux lancé en 1896.
Quoi qu’il en soit, le peintre s'est inspiré des arts populaires. Dans un texte paru dans la revue italienne La Voce publié par Soffici, Rousseau raconte sa fascination pour "la peinture des hommes simples" : enseignes, ex-voto, décors de baraque de foire.

Provenance : Ambroise Vollard, Paris ; Paul Guillaume en 1931 ; Domenica Walter

(1) Jean-Pierre Labiau in De Renoir à Picasso : Chefs d’œuvre du musée de l’Orangerie. Montréal, Musée des Beaux-Arts, 2000