Le Modèle blond

Le Modèle blond

Derain peignit de nombreux nus féminins à partir des années 1920. Son marchand Paul Guillaume en acquit plusieurs, dont quelques-uns représentent ce même modèle et adoptent presque la même composition. La jeune femme est assise, les jambes recouvertes d’un linge. Elle adopte une pose pensive, la tête appuyée contre sa main droite. Elle est figurée sur un fond neutre aussi clair que sa peau, mais légèrement teinté de vert. Le modèle est tout le sujet du tableau. Son corps, vu aux trois-quarts, occupe presque tout l’espace de la toile et forme un ovale très harmonieux. Les cernes noirs donnent de la rondeur à ses formes. Le modèle semble méditer. Son visage est impassible mais d’une grande douceur, accentuée par ses cheveux blonds mousseux et ses lèvres rose pâle.
Derain s’est ici inspiré des nus féminins du XVIIIe siècle de François Boucher (1703-1770) et Honoré Fragonard (1732-806), et des baigneuses d’Auguste Renoir (1841-1919). La toile dégage plus de sérénité que de mélancolie.
Derain témoignait ainsi de ses recherches picturales, dont cette toile est un bon exemple : "On construit un tableau pour sa lumière et n’importe quelle lumière, aussi bien l’éclairage des formes que celui des substances, ou même la lumière d’une atmosphère figurée".

Provenance : Paul Guillaume en 1928 ; Domenica Walter