Le Jeune Apprenti

Le Jeune Apprenti

Modigliani vouait une grande admiration aux œuvres de Cézanne et ce portrait reprend la pose de certains buveurs ou fumeurs peints par ce dernier. Modigliani s’intéresse ici aux rapports entre la figure et son environnement. Le jeune homme est assis, pensif, la tête appuyée sur une main. La chaise et la table semblent ne faire qu’un avec son corps et le libérer de sa pesanteur.
Modigliani n’était pas seulement peintre mais aussi sculpteur. Les formes très stylisées, comme celles de la main posée sur la jambe, rappellent ses sculptures. La palette de la toile est très douce et décline les gris et les bruns, seulement troublés par le col de la chemise blanche et le bleu intense des yeux. Le visage fin, jeune et lisse du modèle contraste avec ses mains grossières. Dans cette toile, les motifs sont cernés de contours sinueux, les formes sont aplaties, ce qui montre également l’influence de l’art de Gauguin.
Modigliani passa plusieurs mois dans le  Midi de la France en 1918 et 1919 afin d’améliorer sa santé défaillante. Le séjour lui fut offert par son autre marchand Léopold Zborowski. Il effectua à cette période une série de portraits de jeunes hommes roux, paysan, apprenti ou ouvrier, sans que l’on sache s’il s’agit du même modèle.

Provenance : Léopold Zborowski, Paris ; Paul Guillaume en 1929 ; Domenica Walter