La Fabrique de chaises à Alfortville

La fabrique de chaises à Alfortville

Rousseau dresse ici un véritable paysage-portrait d’une fabrique de chaises. Ayant choisi un édifice qui l’intéresse par sa singularité, il concentre sur lui sa composition. Le bâtiment est sur dimensionnée par rapport au reste du paysage et surtout par rapport aux personnages. Ceux-ci semblent faire office de simples points de ponctuation dans la composition. Cette distorsion d’échelle est un procédé récurrent dans les paysages de Rousseau. Selon une démarche semblable à celle des artistes médiévaux, Rousseau met ainsi l’accent sur ce qui compte pour lui dans la composition.
Les bâtiments dans cette version sont dessinés selon des lignes très rigides que viennent contrebalancer les courbes très calculées du chemin et de la berge de la Seine.
Cette représentation d’un paysage urbain banal est de grandes dimensions ce qui est exceptionnel dans la série des peintures des environs de Paris. Cette version est probablement celle qui fut présentée au Salon des Indépendants de 1897.

Provenance : Paul Guillaume en 1931 ; Domenica Walter