Femme nue couchée (Gabrielle)

Femme nue couchée (Gabrielle)

Ce très beau nu tardif est à resituer dans la tradition européenne des nus couchés dans un intérieur depuis la Renaissance chez Titien (1485-1576), Rubens (1577-1640), Goya (1746-1828) ou encore Ingres (1780-1867) et Manet (1832-1883). Cette toile intervient en marge des nus de Renoir qui célèbrent la beauté du corps féminin en harmonie avec la nature et constitue un des rares exemples chez le peintre de nu en intérieur. Le tableau appartient à un ensemble de toiles similaires. En effet, entre 1903 et 1907 Renoir exécute trois tableaux importants de format horizontal représentant des figures féminines allongées sur des coussins. Le tableau du musée de l’Orangerie représente Gabrielle. Celle-ci avait été engagée par les Renoir comme garde d’enfants et devint vite l’un des modèles favori du peintre. Dans un intérieur décoré d’une tenture verte à carreaux, Gabrielle est étendue sur un divan recouvert d’un drap blanc et s’appuie sur un grand coussin. Les chairs sont traitées dans des teintes blanches et rosées d’une grande luminosité. Gabrielle porte également dans ses cheveux une fleur épanouie. Le premier des tableaux de la série, datant de 1903 Femme nue couchée (collection particulière) représente également Gabrielle, tandis que le tableau de 1907 représente un autre modèle blond vénitien. Ce dernier, intitulé Nu sur les coussins, est conservé au musée d’Orsay.

Provenance : déposé par l'artiste chez Durand-Ruel du 18 juillet au 14 novembre 1907 et du 1er septembre 1914 au 27 juillet 1917 ; dans l'atelier de Renoir à sa mort ; Ambroise Vollard (?) ; Paul Guillaume (?) ; Domenica Walter