Femme à la mandoline

Femme à la mandoline

"Ah ! C’est un beau pays, Nice. Quelle lumière tendre et moelleuse malgré son éclat !" écrivait Henri Matisse au peintre Charles Camoin (1879-1965). La Femme à la Mandoline est typique de cette période niçoise de Matisse et de cette douce lumière dont il parle. On peut précisément situer le cadre de cette peinture. Elle représente l’appartement que l’artiste occupait à Nice place Charles-Félix et où il disposait de deux ateliers donnant sur le front de mer. La fenêtre ouverte permet d’ouvrir la peinture sur la vue du quai des Etats-Unis, la plage, la mer et le ciel. Au milieu de la composition une jeune femme est adossée à la fenêtre et tient une petite mandoline dans sa main gauche. Son reflet, visible sur la vitre dédouble sa présence. Les motifs de sa blouse font également écho aux dessins décoratifs de la tapisserie. Le motif de la fenêtre est récurrent dans les œuvres de Matisse lui permettant d’ouvrir l’espace de sa toile ou encore d’introduire un tableau dans le tableau. De même la présence de l’instrument de musique se retrouve dans plusieurs autres toiles de Matisse et particulièrement durant la période niçoise où la musique joue un rôle important dans le quotidien du peintre.

Provenance : Bernheim-Jeune (achat à Matisse le 15 janvier 1923) ; Druet (vendu le même jour, 15 janvier 1923) ; Paul Guillaume en 1930 ; Domenica Walter