Femme au peigne

Femme au peigne

Cette très grande gouache sur papier annonce un tournant radical dans la manière de Picasso. Une femme nue est représentée debout peignant sa longue chevelure noire. Certains détails frappent cependant : le déséquilibre du corps, le raccourci du dessin, la disproportion de la tête ainsi que la stylisation naissante du visage. La schématisation de la poitrine et du pubis par des formes triangulaires annoncent la radicalité des figures qui vont conduire Picasso vers le cubisme et dont on trouve également un exemple dans la collection Walter-Guillaume avec le Nu sur fond rouge. Picasso réalise d’autres figures de femmes se coiffant au cours de l’année 1906. L’une des versions les plus proches est un bronze conservé au Baltimore Museum of Art aux États-Unis. On connaît également des dessins de cette même année représentant le même sujet. Cependant toutes ces représentations présentent la posture d’une femme accroupie se coiffant faisant de la version du musée de l’Orangerie une œuvre tout à fait particulière. Le marchand Paul Guillaume fait l’acquisition de cette toile de Picasso en 1929. Sa veuve Domenica conserve ensuite la toile, contrairement à de nombreux Picasso qu’elle met en vente dans les années suivant la mort de son mari.

Provenance : Paul Guillaume en 1929 ; Domenica Walter