Femme au chapeau blanc

Femme au chapeau blanc

Picasso a représenté un certain nombre de fois cette femme avec ce même chapeau. Dans cette composition, celle-ci est assise et accoudée au dossier du siège. L’autre main est délicatement posée sur ses genoux. Le visage, doux et puissant, offre l’image d’un personnage plongé dans ses pensées. Les teintes bleues, rouges et blanches sont atténuées par la présence de touches de gris et de bruns, donnant à l’ensemble l’aspect d’un grand pastel aux coloris assourdis. Le visage pourrait être celui de sa première femme Olga (1891-1955) avec lequel il présente une certaine ressemblance. La monumentalité de la figure rappelle également les grandes baigneuses que Picasso réalise dans les mêmes années et dont les toiles Grande Baigneuse et Grand nu à la draperie conservées dans la collection Walter-Guillaume sont représentatives. Plusieurs influences ont également été invoquées pour cette composition, Millet (1814-1875), pour la parenté avec les figures méditatives ou encore Corot (1796-1875), dont Picasso possédait une Italienne assise. Dans la production de Picasso, l’œuvre la plus proche de cette Femme au chapeau blanc est un grand dessin (collection Marina Picasso) où la femme tient un livre dans la main gauche, ce qui lui a valu le titre de Femme au missel. Paul Guillaume fait l’acquisition de cette très belle toile en 1929.

Provenance : Paul Guillaume en 1929 ; Domenica Walter