Blonde à la rose

Blonde à la rose

C’est à la fin de sa vie que Renoir peint ce portrait d’Andrée-Madeleine Heuschling. Celle-ci est alors tout juste âgée de 15, 16 ou 17 ans. Elle fut le dernier modèle de Renoir. "Qu’elle est belle ! J’ai usé mes vieux yeux sur sa jeune peau et j’ai vu que je n’étais pas un maître mais un enfant" aurait-il déclaré. Surnommée "Dédée", elle devint par la suite comédienne et connue sous le nom de Catherine Hessling. Elle épousa le fils du peintre, Jean Renoir et fut l’interprète de plusieurs de ses films. Le portrait où dominent les tonalités rouges et les taches de couleurs semble caractérisé par une dilution des formes représentatives de la dernière manière de Renoir. La pâte irrégulière est parfois épaisse ou bien laisse apparaître par endroit le grain de la toile par sa finesse. Le visage est particulièrement travaillé et emprunt d’une grande douceur. La jeune femme porte une fleur dans ses cheveux. En effet Renoir aimait associer ses figures féminines à des fleurs. A partir des années 1900, il privilégie la rose qui dans sa forme épanouie devient un attribut symbolique équivalent à la beauté de la femme. Paul Guillaume fait l’acquisition en 1929 de ce portrait qui était resté dans l’atelier de Renoir jusqu’à sa mort puis a été en possession de son fils Claude Renoir.

Provenance : dans l'atelier de Renoir à sa mort ; Claude Renoir ; Paul Guillaume en 1929 ; Domenica Walter