Baigneuse assise s’essuyant une jambe

Baigneuse assise s’essuyant une jambe

Cette toile constitue le nu le plus tardif de Renoir de la collection du musée de l’Orangerie. Le marchand et collectionneur Paul Guillaume en fait l’acquisition dès 1924, cinq ans seulement après la mort du peintre. Entre temps, il avait appartenu au grand galeriste parisien Paul Rosenberg (1881-1959). Le sujet de la toile, une baigneuse nue assise s’essuyant la jambe, ressemble à l’une des toiles les plus précoces de Renoir de la collection Walter-Guillaume intitulée Femme nue dans un paysage datée de 1883. C’est en effet un sujet que Renoir a traité plusieurs fois au cours de sa carrière. Ici le traitement est cependant très différent de la toile de 1883. La touche est beaucoup plus épaisse et beaucoup plus longue, jouant sur des juxtapositions donnant une impression vibrante. Comme dans d’autres toiles de la dernière période de Renoir la pâte est parfois épaisse ou bien laisse visible le grain de la toile à certains endroits. Les teintes dominantes sont le rouge, le rose et le blanc pour le corps nu de la femme, sa chevelure et les draperies sur lesquelles elle est assise, tandis que l’arrière-plan est dominé par le vert et le brun.

Provenance : Paul Rosenberg ; Paul Guillaume en 1924 ; Domenica Walter