Arbres et villages

Arbres et villages

Il existe au musée de l’Orangerie deux vues du village d’Eygalières, réalisées par Derain lors d’un séjour en Provence en 1932. Celle intitulée La Route, RF 1963-43, montre le village illuminé par le soleil, se détachant au-dessus de la route qui mène d’Eygalières à Saint-Rémy-de-Provence. C’est toute la beauté du paysage méditerranéen et la chaleur de l’été qui transparaissent. Le village est illuminé par le soleil, dont la lumière provient de la droite. Les couleurs chaudes délimitent les différents éléments de la composition : arbres, terres, pierres, et contrastent avec le bleu très prononcé du ciel. Les platanes forment un véritable encadrement au village.
Arbres et villages, visible ici offre une vue plus dramatique du même village, car il est dominé par un ciel d’orage aux nuages bas, blancs et gris. André Derain avait confié : "Le drame du paysage (…) est dans le rapprochement du ciel et de la terre". Une barrière d’arbres ouvre un chemin très étroit, et non plus une large route, qui mène vers le village. Les masses colorées des terres, des végétaux puis du village délimitent les zones d’ombre et de lumière. Un bon résumé est fait par l’historien d’art Elie Faure (1873-1937) dans l’ouvrage qu’il consacra dès 1923 à Derain : "L’arbre dans le paysage, ne paraît être là que pour résumer et ramasser la solitude".

Provenance : Paul Guillaume ; Domenica Walter