Nymphéas. L’abstraction américaine et le dernier Monet

Exposition du 13 avril au 20 août 2018

En 1955, Alfred Barr fait entrer au Museum of Modern Art de New York un grand panneau des Nymphéas (W1992) de Monet, alors que ces grandes "décorations" demeurées dans l’atelier de Giverny commencent à attirer l’intérêt des collectionneurs et musées.
Monet est alors présenté comme "une passerelle entre le naturalisme du début de l’impressionnisme et l’école contemporaine d’abstraction la plus poussée" de New York, ses Nymphéas mis en perspective avec les tableaux de Pollock, tels que Autumn Rhythm (number 30), 1950. La réception du dernier Monet s’opère alors en résonnance avec l’entrée au musée de l’expressionnisme abstrait américain. Au même moment est forgée la notion d’"impressionnisme abstrait".
C’est sur ce moment précis de la rencontre entre la redécouverte des grandes décorations du maître de Giverny et la consécration de l’École abstraite new-yorkaise que l’exposition du musée de l’Orangerie s’arrêtera, à travers une sélection de quelques œuvres tardives de Monet et une vingtaine de grandes toiles d’artistes américains tels que Jackson Pollock, Mark Rothko, Barnett Newman, Clyfford Still, Helen Frankenthaler, Morris Louis, Philip Guston, Joan Mitchell, Mark Tobey, Sam Francis, Jean-Paul Riopelle et Ellsworth Kelly.
A l’entrée des Nymphéas, un hommage sera rendu à Ellsworth Kelly, artiste américain abstrait disparu en 2015 et dont l’oeuvre ne cessa de dialoguer avec celle de Monet. Cet accrochage est conçu par Eric de Chassey avec le soutien des American Friends of the Musée d’Orsay and the Musée de l’Orangerie.

Commissaire général
Cécile Debray, conservateur en chef, directrice du musée de l'Orangerie

Avec le généreux soutien de la Terra Foundation for American Art, de Ponticelli, Grand Mécène, et de Wilhelm & Associés

expo_nympheas_mecenes_400_.jpg

En partenariat média avec ArteLe ParisienLe PointL’estampille-L’objet d’art et BFM Paris.

 
saule_pleureur_monet_bd.jpg

Claude Monet (1840-1926), Saule pleureur, entre 1920 et 1922
Huile sur toile. H. 110 ; L. 100 cm
Paris, musée d'Orsay. Donation de M. Philippe Meyer, 2000
© RMN-Grand Palais (musée d'Orsay) / Adrien Didierjean

Des visites guidées sont programmées les mercredis et samedis à 16h, du 18 avril au 11 août 2018.

Visites guidées à destination des personnes en situation de handicap auditif en LSF : les samedis 28 avril, 19 mai et 23 juin 2018 à 11h.

Conférence inaugurale
Nymphéas. L'abstraction américaine et le dernier Monet, une exposition au Musée de l’Orangerie
Par Cécile Debray, commissaire de l'exposition, directrice du musée de l’Orangerie
Mercredi 2 mai à 19h

Giverny upon Hudson
Par Ann Hindry, historienne de l’art et critique d’art, Directrice de la Collection d’art de Renault
Mercredi 16 mai à 19h

L’Impressionisme abstrait
Par Anne Montfort, historienne de l’art, commissaire d’exposition, Musée d’art moderne de la ville de Paris
Mercredi 23 mai à 19h

Monet dans l’histoire
Par Laurence Bertrand-Dorléac, historienne de l’art, professeure à Sciences Po Paris
Mercredi 13 juin à 19h

La postérité scénographique des Nymphéas de l’Orangerie
Par Félicie Faizand de Maupeou, historienne de l’art
Mercredi 20 juin à 19h

Auditorium du musée d'Orsay

Ils ont continué Monet. La réception américaine des Nymphéas
Ce colloque souhaite analyser la réception aux États-Unis des Nymphéas, installés depuis 1927 au musée de l'Orangerie.
La quinzaine d'intervenants, français et américains, cherchent à comprendre le rôle qu'ont joué les artistes et la critique américaine dans ce processus et à décrire les modalités de l'influence de la notion d'"illusion d'un tout sans fin" (Monet) sur la peinture expressionniste américaine. L'occasion de revenir sur un temps fort des relations artistiques entre la France et les États-Unis.

Mercredi 30 et jeudi 31 mai
Programme détaillé et réservation sur le site du musée d’Orsay

Nuit des musées : concert Jazz
Samedi 19 mai à 23h

Jazz au coeur des Nymphéas
Groupe WATT
Quatuor de clarinettes
Vendredi 25 mai à 19h

Danse dans les Nymphéas
Merce Cunningham EVENT
Lundi 4 juin à 19h

Le cinéma américain des années 1940-1950
Samedi 2 juin
19h : L’avant-garde américaine, 1940-1950
20h15 : L’abstraction dans le cinéma américain des années 1940-1950

Pollock, de Ed Harris (2000)
Vendredi 8 et 15 juin à 19h

Monet, Pollock, Rothko et les autres
Musique, danse, cinéma emmèneront les visiteurs dans le New-York artistique des années 1950.
Commentaires d’œuvres de l'exposition par des étudiants en histoire de l’art de l’École du Louvre.
Samedi 16 juin de 18h30 à 22h30

Catalogue de l'exposition
 

couv_catalogue.jpg

 

 

 

Nymphéas. L’abstraction américaine et le dernier Monet

Coédition Musée d’Orsay / RMN GP
208 pages – 25 x 30 cm – 128 illustrations
Version : français
Code ISBN : 978-2-7118-7112-4
Prix : 42 €
 

"Il faut reconnaître à la peinture abstraite moderne d’avoir redécouvert de vieux maître qui demeure résolument d’avant-garde." Thomas B. Hess, 1956
Afin de célébrer le centenaire "de la Sixtine de l’impressionnisme" (André Masson, 1952), le musée de l’Orangerie propose une relecture des Nymphéas de Claude Monet à travers le regard des artistes de l’abstraction américaine, tels que Mark Rothko, Clyfford Still, Barnett Newman, Morris Louis, Philip Guston, Joan Mitchell…
"Passerelle entre le début du naturalisme de l'impressionnisme et l'école contemporaine d'abstraction la plus poussée" de New York, le dernier Monet fascine la critique au moment de l'entrée au musée de l'expressionnisme abstrait américain. Au même moment est forgée la notion d’"impressionnisme abstrait".
Illustré de grandes planches des oeuvres tardives de Monet et des oeuvres majeures des impressionnistes abstraits, ce catalogue propose de riches chronologies retraçant l’histoire de ce mouvement ainsi que de nombreuses anthologies permettant d’appréhender l’importance de la critique.


Auteurs

Laurence Bertrand Dorléac, professeur d’histoire de l’art à Sciences Po Paris
Éric de Chassey, directeur général de l’Institut national d’histoire de l’art et Professeur à l’École normale supérieure de Lyon
Jean-Pierre Criqui, Conservateur au musée national d’Art moderne
Sylphide de Daranyi, chargée d’études documentaires au musée de l’Orangerie
Cécile Debray, directrice du musée de l’Orangerie
Valérie Loth, historienne de l’art
Anne Montfort, conservatrice au cabinet des arts graphiques du musée national d’Art moderne
 

Sommaire

"J’ai bien un rêve…" Les Nymphéas, paysages d’eau, Cécile Debray
Éclipse. Réception des Nymphéas dans l’entre-deux-guerres, Laurence Bertrand Dorléac
1862-1944 – Monet et les Nymphéas, Sylphide de Daranyi
Modernisme et nénuphars. Remarques sur la réception critique américaine des Nymphéas de Monet, Jean-Pierre Criqui
1928-1952 – Les Nymphéas et l’abstraction américaine I, Valérie Loth
Anthologie, 1928-1952
Monet en héritage : la construction d’un récit, Anne Montfort
1953-1964 – Les Nymphéas et l’abstraction américaine II, Valérie Loth
Anthologie, 1953-1964
Monet, Still, Kelly : influence apparente versus émulation réelle, Éric de Chassey

Annexes
Bibliographie sélective
Table des anthologies
Liste des illustrations
Index des noms propres