Conversation avec... Giuseppe Penone

Sur le thème des Nymphéas, des personnalités du monde artistique sont invitées à faire partager leur admiration pour Monet et évoquer leurs sources d’inspiration puisées dans l’oeuvre du peintre pour leurs propres créations.
Les rencontres sont animées par Philippe Piguet, historien et critique d'art.

penone_giuseppe_-_portrait_2_-_2007.jpg

Giuseppe Penone © Droits réservés

Figure majeure de l’arte povera, Giuseppe Penone, né à Garessio (Italie) en 1947, s’en est rapidement distingué en développant une œuvre autour des concepts de flux et de croissance, s’appliquant à exploiter les ressources plastiques de toutes sortes de matériaux. Le bronze, le verre, le marbre, la pierre, le cuir, voire la peau de serpent, etc., Penone n’a pas son pareil pour éprouver tel ou tel matériau à l’ordre d’une situation qui en interroge la nature primordiale. Dans ce contexte, l’arbre est chez lui un signe à valeur universelle dont les éléments qui le constituent – racines, tronc, écorce, feuilles et branches – sont le prétexte à mettre en exergue ce qu’il en est des fondamentaux de la vie. Au travail, l’artiste en appelle à des pratiques volontiers artisanales pour concevoir des œuvres dont la finalité vise tant la révélation des modes d’organisation vitale que de réflexion sur la nature même des processus artistiques. Une œuvre, somme toute, plus arte natura qu’arte povera, à l’instar de cet Arbre aux voyelles qu’il a réalisé en 1999 pour le Jardin des Tuileries.