Danse dans les Nymphéas

Lundi 4 juin 2018, 19h et 20h30

Merce Cunningham Event
Arrangement : Robert Swinston, Centre national de danse contemporaine – Angers
Musique : John Cage
Avec l’aimable autorisation du Merce Cunningham Trust

Alors que l’exposition Nymphéas. L’abstraction américaine et le dernier Monet s’arrête précisément sur ce moment de la rencontre entre la redécouverte des grandes décorations du maître de Giverny et la consécration de l’École abstraite new-yorkaise, un Event de Merce Cunningham est recréé dans les salles des Nymphéas avec sept danseurs de la compagnie du Centre national de danse contemporaine d’Angers et par son directeur artistique Robert Swinston, danseur et assistant pendant plus de trente ans du chorégraphe américain dont il perpétue le travail.

event_merce_cunnigham_carre.jpg

Merce Cunningham Event, musée de l'Orangerie, 4 juin 2018. Photo © Musée de l'Orangerie / David Jaquard-Delcourt

 

"Présenté sans entracte, Event consiste en des danses complètes ou des extraits de danses du répertoire avec souvent de nouvelles séquences arrangées pour une performance et un lieu particulier, avec plusieurs activités séparées qui se déroulent en même temps pour permettre moins une soirée de danse que l'expérience de la danse." Merce Cunningham

Event # 1, Museum Event, premier Event de Merce Cunningham, a été présenté en juin 1964 dans un musée de Vienne (le 20 Jahrhunderts Museum), articulant ainsi espace muséal et événement au présent. Le 4 juin 2018, cet Event conçu spécialement pour les salles des Nymphéas réarticule l’art et le vivant, chaque événement étant unique par définition.
Dès l’automne 2018, dans les salles des Nymphéas du musée de l’Orangerie, différentes générations de chorégraphes, de danseurs et de danseuses donneront rendez-vous au public avec des pièces et formats flexibles autour du répertoire moderne et contemporain.

C’est que l’Event offre aujourd’hui un saisissant raccourci de ce que Merce Cunningham a toujours proposé : une passion irrésistible pour la nouveauté et l’expérimentation et un vocabulaire chorégraphique en permanente recomposition : soit une promesse de longue durée parce que la danse moderne comme l’art moderne se présente moins comme une rupture radicale avec le passé que comme un projet évolutif de création d’un futur. Cette conception et perception de la danse que Merce Cunningham a développée au cours de 65 ans de carrière, de 150 chorégraphies et plus de 800 Events configure à sa manière un programme  où dialogue les répertoires, celui de la danse moderne et le répertoire contemporain. Cette première saison invite ainsi à découvrir, redécouvrir et expérimenter de nombreuses pratiques et œuvres propices à faire du musée un espace de transformation et de transmission  perpétuelle en mettant en valeur la richesse de l’héritage moderne et son potentiel créatif pour la création contemporaine comme la danse contemporaine, qui déjà se constitue elle-même son répertoire.

Isabelle Danto, programmatrice de la danse au musée de l’Orangerie

Merce Cunningham (1919 – 2009)

Libération de l’espace, des techniques de composition, épure du mouvement : Merce Cunningham a révolutionné la manière de pratiquer et de concevoir la danse. Aux côtés de Robert Rauschenberg, Jasper Johns, Marcel Duchamp et bien sûr John Cage, ce sont aussi les possibilités de croisement, d’interaction, et de perturbation mutuelle entre les arts qu’il a élargies. Des premières collaborations avec John Cage aux grandes fresques abstraites, en passant par l’intégration progressive du hasard dans le mouvement, la longue carrière de Cunningham n’aura été que recherche et exploration.

Né à Centralia, Washington, le 16 avril 1919, c’est à l’âge de 20 ans que Merce Cunningham débute sa carrière de danseur moderne, avant d’être engagé, de 1939 à 1945, en qualité de soliste au sein de la Martha Graham Dance Company. En 1944, il présente publiquement son premier récital puis enseigne au Black Mountain College, en Caroline du nord, tout comme Cage qui en 1952 y présente un spectacle mêlant danse, arts visuels, poésie et sons, souvent considéré comme le premier happening. Dès 1953 Cunningham forme la Merce Cunningham Dance Company, qui lui permet d’expérimenter et de mettre en œuvre ses conceptions inédites. Au gré de sa carrière, il a chorégraphié plus de 150 pièces et plus de 800 Events. Parmi les danseurs qui se sont formés auprès de lui avant de fonder leurs propres compagnies, on compte notamment Paul Taylor, Trisha Brown, Lucinda Childs, Karole Armitage...  Parmi ses innombrables collaborations, celle avec John Cage a exercé l’influence la plus profonde sur sa pratique. Ensemble, Merce Cunningham et John Cage ont proposé de multiples innovations radicales. La plus célèbre et la plus controversée d’entre elles concerne les relations entre danse et musique, susceptibles de coexister en un même espace temps, mais nécessitant d’être conçues indépendamment l’une de l’autre.

La passion que Merce Cunningham éprouve pour l’expérimentation et l’innovation a fait de lui l’un des instigateurs de l’application des nouvelles technologies au domaine de l’art. Dès le début des années 1970, Cunningham chorégraphie ainsi des danses pour le cinéma et la vidéo, collaborant avec Charles Atlas et Elliot Caplan avant de composer sur ordinateur à partir de 1991, pour continuer à développer des possibilités pour la danse.

Resté un chorégraphe et pédagogue particulièrement actif  dans son studio new yorkais de Wesbeth jusqu’à sa mort, survenue le 26 juillet 2009, Merce Cunningham a bénéficié des plus hautes distinctions accordées dans le monde de l’art. La vie et l’œuvre de Merce Cunningham ont donné lieu à la publication de plusieurs ouvrages, ainsi qu’à d’importantes expositions, plusieurs de ses œuvres ont été présentées par de prestigieuses compagnies tel que l’American Ballet Theater, le CCN - Ballet de Lorraine, le New York City Ballet, le Ballet de l’Opéra National de Paris, la Rambert Dance Company de Londres et le White Oak Dance Project.

danse_nympheas_mai_2018_1.jpg

 

 

danse_nympheas_mai_2018_2.jpg

 

 

danse_nympheas_mai_2018_3.jpg

 

 

danse_nympheas_mai_2018_4.jpg

 

 

danse_nympheas_mai_2018_5.jpg

 

 

danse_nympheas_mai_2018_6.jpg

 

 

danse_nympheas_mai_2018_7.jpg

Robert Swinston et les danseurs du Centre national de danse contemporaine d’Angers, répétition, mai 2018
Photos © Musée de l'Orangerie / David Jaquard-Delcourt